bopen

L’approche du Combat

Beaucoup plus d’un élément dans l’Art Martial, le Combat est un Art à part entière!

De nombreuses personnes l’appréhendent alors qu’il faut juste comprendre ses rouages et ses subtilités et ensuite, comme toujours, de l’entrainement avec un bon coach!
Au travers des lignes suivantes, j’espère que vous trouverez quelques lumières à apporter pour votre évolution de « Warrior »! ;D

Conseils de base

J’ai toujours considéré le combat comme un jeu, un jeu où il y a des règles à ne pas oublier comme « Protéger sa Tête » qui est la chose la plus importante pour moi. Ensuite tous les autres éléments ne sont que secondaires puisque les zones les plus sensibles sont quasi inaccessibles avec les coquilles et autres protège-dents.
Je pense qu’il ne faut pas prendre le combat trop au sérieux car cela génère un stress inutile et cela inhibe la diversité des techniques acquises. Il faut garder une certaine fluidité dans le déplacement et dans les coups afin d’être au top de la vitesse, la crispation ralentit l’effet de vitesse.

 

Principes Essentiels

La posture

Elle doit être imposante, aérée et « pratique » surtout!
Elle doit être sans cesse corrigée au fil des années afin de tendre vers la plus adaptée pour soi. Car vous vous doutez bien, il n’existe pas de « Posture-type » mais chacun a la sienne.
Le côté « pratique » sous-entend qu’elle ne doit pas limiter les types d’attaques, pour cela les 2 points fondamentaux du corps sont le centre de la hanche et celui des épaules. Ces 2 points doivent être perpendiculaires au sol sans quoi cela génère un deséquilibre de poids donc une contrainte pour le déplacement.
Le fléchissement sur les jambes ne doit pas être exagéré, l’important est de faire jouer le ressort des muscles des cuisses et des mollets.
En combat, Ne jamais poser le talon au sol!

Le déplacement

Il y a 3 styles de déplacement: le vif, le lent et le faux-lent
Chacun de ces styles correspond à une morphologie particulière mais on peut apprendre à passer de l’un à un autre pour destabiliser l’adversaire.

Le Vif Convient à ceux qui se veulent plus offensifs.
Bien que rapide, on ne doit pas perdre de vue l’équilibre à tout moment.
Les deux pieds ne doivent jamais décoller du sol en même temps avec un mouvement rythmé
car à chaque fois que l’on perd le contact avec le sol, on est vulnérable.
Le Lent Adapté au gros gabaris ou aux personnes trapues.
Ce style de déplacement est très contraignant pour l’adversaire lorsqu’il est accompagné d’une bonne garde et d’une avancée régulière.
Même lent, les talons ne touchent jamais le sol!
(c’est le principe de base d’une position de combat)
La garde doit être très travaillé afin de bloquer le maximum de coups sans vraiment bouger de la position initiale. C’est donc le positionnement des coudes qui est essentiel.
Idéalement, on monte le genou pour bloquer les techniques de jambes de l’adversaire, on forme ainsi un rempart.
Baisser un bras pour bloquer une attaque basse est dangereux si l’adversaire fait une feinte ou enchaine un deuxième coup.
Le Faux-Lent Pour les spécialistes de la contre-attaque!
On doit être bien fléchi sur ses jambes afin de chercher la vitesse dégagés par les ressorts des muscles.
On camoufle sa réactivité par un semblant d’inactivité des bras ou par unmouvement hypnotique.
La garde est ample pour stopper les coups avant leur impact final, et haute car on est fléchi sur les jambes.
A chaque « réaction », c’est comme si on bondissait sur l’adversaire, on travaille ainsi en explosion!

La vitesse

Elle se travaille à chaque entrainement c-a-d toute l’année et non pas seulement à l’approche d’une compétition!
On doit toujours penser à travailler les muscles dans une quête d’explosion.
J’ai remarqué chez beaucoup de personnes des crispations des épaules et de la hanche si ce n’est pire (tous les bras et les jambes), cela ralentit considérablement les déplacements et les attaques, elles deviennent prévisibles pour un adversaire averti.
Travaillez en fluidité, ne durcissez qu’à l’impact, c’est un gain de vitesse et de puissance!

Le regard

Normalement on regarde l’adversaire dans les yeux, beaucoup de personnes n’y arrive pas, c’est soit un manque d’assurance soit un manque d’habitude. Au pire, le regard doit être au plus bas centré sur le plexus mais jamais en dessous!!!
Ceux qui fixent leur adversaire dans les yeux durant un combat cherche un ascendant psychologique.
Car tout le monde sait qu’un combat se gagne déjà dans la tête!
Cependant, trop montrer d’expression dans le regard peut aussi bien trahir la douleur que la fatigue ou l’énervement… donc essayer de rester déterminé mais immuable!
Le regard se travaille, c’est lui qui détermine la volonté du combattant! (cf Rocky1) ;D

La diversité

C’est l’un des points essentiels d’un bon combattant.
Il doit avoir une grande panoplie de coups qu’il maitrise, il doit s’adapter à son adversaireet changer son combat en fonction.
Si vous tombez avec un plus grand que vous, il faut privilégier le déplacements pour ne pas rester à sa distance!
Constamment casser cette distance en se rapprochant et en s’éloignant pour ne pas le laisser diriger le combat.
Comme chacun d’entre nous a ses « coups favoris qui passent bien », il ne faut pas les écarter mais au contraire greffer d’autres techniques par-dessus soit avant soit après pour augmenter encore plus sa panoplie et perturber l’adversaire!

La gestion de l’énergie

Tout le monde a un potentiel énergétique, il faut savoir la canaliser et la gérer afin de ne pas finir sur les rotules.
En compétition vient s’ajouter le stress et l’attente qui sont très mauvais pour les muscles, il fautrester chaud sans pour autant suer, être prêt dès les premières secondes pour ne pas se laisser surprendre
C’est un domaine où les limites du coeur doivent être poussées au fil des entrainements afin d’acquérir un bon capital énergétique.
Pour cela, la préparation à une compétition s’accompagne de joggings réguliers, de la corde et une alimentation riches en sucres lents (pâtes entres autres).
Certains (comme moi) croient aussi à la notion de flux d’énergie donc évitent de se couper les ongles, les cheveux et barbes à l’approche du jour J… (à chacun ses trucs!)

Le mental

C’est aussi un point à travailler pour progresser.
Chez beaucoup, le manque d’initiative associé à un constant recul ne peut engendrer que la perte du combat avant même le début!
De même, si la douleur ou la fatigue est visible sur le visage, vous perdez déjà le combat dans votre tête!
Un bon mental passe par de bonnes préparations physiques et psychologiques.
Il y a 2 sortes de stress: le positif et le négatif.
Le stress positif aide à se surpasser, il provoque la montée d’adrénaline qui augmente la réactivité.
Le stress négatif inhibe les capacités, il engendre la crispation, la crispation engendre la nervosité, la nervosité engendre la peur, la peur engendre la haine, … et tout le monde sait que la haine mène vers le côté obscur de la Force! ;D
Et comment déclencher l’un et pas l’autre??? C’est à votre professeur qu’il faudra poser la question!

 

La Synthèse

Voilà les points à surveiller en combat… Oui, il y en a beaucoup je sais, vous ne retiendrez peut être que le quart mais la moindre petite chose est bonne à prendre, même si vous n’êtes pas d’accord avec moi sur certains points!
On ne peut pas tout travailler en même temps mais point par point, peu à peu tendre vers quelque chose d’homogène
Vous trouvez que ces conseils ne servent à rien parce que je ne fournis pas de solution concrète?? d’exercice approprié pour chaque point??… mais cela serait trop simple alors!
Il faut quand même vous laissez réfléchir un peu, vous laissez trouver par vous-même les exercices et sinon, vous donnez envie de venir me rencontrer! ;D

 

par Maitre Dung HUA,

5ème dang de Vovinam Viet Vo Dao.