bopen

Car bien entendu, comme le Vovinam est l’un des arts martiaux les plus complets qui existe, il contient des techniques propres à lui.
Les ciseaux, très impressionnants à voir, et la lutte vietnamienne… entres autres.
Et aussi spectaculaire que peuvent ces techniques, chacune d’elles est né d’un besoin de l’époque, chacune d’elles s’acquiert via des méthodes pré-établies et ne doit être exécuté qu’en présence d’un encadrement. Donc à consommer avec modération lorsqu’on est néophyte!
C’est pas uniquement pour frimer ou pour faire du vent! ;D

Don Chan (Les Ciseaux)

Approche
On commence d’abord par les ciseaux niveau jambe pour apprendre à saisir sans la contrainte de l’espace.
On enchaîne par des double coup de pied niveau visage pour travailler la détente, la trajectoire et le point d’impulsion.
Ces double coup de pied ont été créés pour repousser les envahisseurs venus à cheval alors que les paysans étaient à pied!
Après vient le niveau buste.
Comme c’est la partie du corps la plus volumineuse, on apprend surtout à étreindre l’adversaire avec ses jambes donc à complètement se coller à lui. On apprend aussi à le « visser » pour le faire basculer en avant ou en arrière.
Et c’est là que commence l’apprentissage des ciseaux à la tête… C’est là que cela devient intéressant! ;D
Ciseaux au Corps
Demander au « cobaye » de se mettre en pied-joints pour travailler les ciseaux au corps.
Vous éviterez ainsi d’avoir la sensation que sa jambe vous gêne!
Bien entendu, il est prêt à recevoir le ciseau c-a-d tomber en arrière en enroulant le dos et avec la tête rentrée(menton contre la poitrine).
Ses bras sont en croix avec les coudes levés au niveau des épaules pour dégager la zone du buste.
Travaillez d’abord avec une réception sur sol souple, ça évitera les casses! ;D
On commence à se mettre en garde avant de partir et onsouffle un bon coup en partant, on apprend ainsi à enveler les hésitations.
Ne pas sauter pied-joints pour le ciseau, c’est un mauvais réflexe.
Le corps à l’impact doit faire idéalement un angle de 45°par rapport au sol, ne pas arriver en le saisissant à l’horizontal! Car forcément le temps que vous fassiez votre saisie, vous risquez de vous écraser au sol.
Le cobaye ne doit pas sentir de « coup » à l’impact ni parce que vous le percutez en sautant sur lui trop vite, ni parce que votre genou lui rentre dans le ventre. Dans le premier cas, il ne faut pas commencer en prenant trop d’élan (ça augmente le stress de la saisie et ça diminue la précision de la technique), dans le deuxième cas votre coprs ne doit pas être déjà orienté avant d’avoir vissé l’adversaire.
Les pieds doivent pouvoir se croiser de l’autre côté du buste pour bien serrer l’adversaire.
Ciseaux à la Tête
Le « receveur » (c’est mieux que cobaye!) doit être en Trung binh tan le plus bas possible au début de l’apprentissage pour éviter la trop grande différence entre la saisie au corps de celle à la tête.
Le dilemme est: « Plus on a peur de faire mal et Plus on fait mal!« .
En gros, plus vous hésitez, moins vous osez serrer la tête avec les jambes donc plus sa tête peut bouger lorsqu’il fait le salto.
Le plus gros risque est que sa tête non protégée par vos jambes risque de heurter le sol.
Un beau ciseau à la tête se résume en peu de choses: Aller vite, aller haut et le faire proprement (tête bien serrée, bonne réception, suivi au sol)
Eh oui, car plus on va haut, plus difficile risque d’être la chute!!!! Il ne faut jamais se réceptionner avec lescoudes!! Danger!

Le Vat (la lutte vietnamienne)

Présentation
Comme c’est de la lutte, ça sous-entend que cela englobe tout ce qui est corps-à-corps!
C’est basé sur les clés de bras, de jambe, des projections, du travail au sol…
La lutte se pratique torse nu pour éviter toute aide de saisi du Võ Phuc (kimono), on ne travaille qu’avec le corps de l’adversaire, on se centre sur les articulations.
Par conformisme, on saisira l’adversaire d’une main par sanuque et de l’autre au coude en position Trung binh tan.
La position doit être la plus basse possible (centre d’inertie très bas), le dos bien droit pour une meilleure stabilité.
Approche
Il faut commencer par essayer de faire tomber l’adversaire sans connaître aucune prise, uniquement en ledéséquilibrant:
avant, arrière, à gauche et à droite.
Au fur et à mesure de ce travail très éreintant pour les cuisses, le dos et la nuque, on commencera juste à percevoir ce qu’est le Vat!
On comprendra que plus on est bas sur sa position, moins il arrivera à nous faire bouger, plus on est penché en avant et plus il peut nous tirer vers lui, si on a le visage vers le bas, on est très près de son coup de genou…
Principes
Ne jamais quitter l’adversaire du regard!
Travailler dans l’idée qu’il peut à tout moment nous contrerdonc s’efforcer d’éliminer tout mouvement « impure« !
Garder en tête qu’on peut contrer sa contre, c’est cela l’esprit du Vat.
Dites-vous bien que si vous trouvez qu’une technique de Vat n’est pas efficace, c’est certainement parce que vous ne la faites pas bien! ;D
Il ne vous reste plus ensuite qu’à apprendre les 18techniques existantes du Vovinam… à les faire, les refaire pour les parfaire! ;D